Texte à corriger – d’après Maurice Grevisse

Notez que ce texte contient des erreurs. 
Pour plus d'information ou pour obtenir la version corrigée, 
consultez le texte Je suis bonne en français, moi?

Les exercises orthographiques

J’ai grand peur que vous ne vous effrayez des épreuves orthographiques que vos professeurs se sont plus à vous imposer. Quoique vous en disiez, quoique vous vous en plaigniez, il est opportun qu’ils recourrent à ces exercices, qu’ils ont, non sans raisons, estimé nécessaire à votre formation. L’expérience, non moins que la logique, me convaint que l’élève qui possède un certain fond d’intelligence résoud assez aisément les difficultés, les plus épineuses mêmes dont on les a hérissées. Mais ceux qui, s’étant enorgueilli de leurs dispositions naturelles ou s’étant accomodés d’une certaine nonchalance, ont douté qu’il fallut travailler sans relâche pour parvenir au succès, se sont trouvés cruellement embarassés.

Saches donc, jeune homme ou jeune fille qui m’écoute, que la persévérence et le travail seul te conduira au succès.

Au surplus, quels que graves échecs que tu as pu subir, ne te laisse pas décourager. Les obstacles seront envisagés et surmontés un à un; quand la difficulté surgit, il faut que tu la vaincs, et tu le pourras si tu sais discipliner tes efforts, si tu déployes une énergie suffisante, si tu possèdes une volonté méthodique. On en a vus plus d’un qui se sont tirés d’une situation que l’on avait jugé désespérée et qui, quelque fois mêmes se sont trouvés tous surpris des lauriers qui leurs étaient échus.

Maurice Grevisse

D’après M. Grevisse

Le texte a été légèrement modifié
Pour la version intégrale, consultez le livre La force de l’orthographe.

Bibliographie

GREVISSE Maurice. La force de l’orthographe, Éditions Entre guillemets – Duculot. Paris, 3e édition revue par André Goose, 1996, p. 281, no 227.

Vous avez aimé le texte? Partagez!