Molécules en musique

Fugue de protéines en sol… agricole

Petite musique de nuit pour vaches à lait, suites de notes pour tomates et concombres, séquences sonores pour la prévention de maladies.
En France, il y aurait plus d’une centaine d’adeptes de la « génodique ».
Aperçu sur la portée réelle et musicale de ce procédé encore peu connu.

 

Moleculemusique-RecoveredLa lune du Languedoc-Roussillon se lève, les vaches écoutent du Mozart. Non loin de là, avec des molécules en musique, un agriculteur envoûte ses tomates et berce ses laitues. Tout débute à la fin du XXe siècle, quand un physicien excentrique décide de stimuler
des plantes et des animaux à partir de « protéidies », des mélodies issues de protéines. Naît alors la « génodique », une science encore controversée à ce jour.

Le docteur en physique, Joël Sternheimer, pense que si les vaches produisent un meilleur lait en écoutant du classique, c’est qu’il coulerait du Mozart dans leurs veines… ou plus précisément dans leur lait. Dans un reportage tiré de France 3, on l’aperçoit, cheveux blancs, décoiffé comme un savant : « Je suis allé chercher la séquence de la prolactine […], raconte-t-il, leurs fréquences propres […] se synchronisent et, si je me mets à chanter (il chante), c’est du Mozart! » Dès sa découverte, ce frais diplômé de l’université de Princeton se met alors à synthétiser différentes protéines afin d’en extraire des « protéidies ». Le chercheur, originaire de Montluel, est convaincu qu’il peut créer une musique appropriée à la molécule en vue de la stimuler.
En d’autres mots, il désire influer en temps réel, sous la forme de séquences sonores, veaux, vaches, cochons, courgettes… de la musicothérapie inoffensive pour l’environnement, qu’il baptise la « génodique », une contraction de « génétique » et « mélodique ».

Vendre sa salade

Faute de traitement efficace, certains producteurs agricoles ont décidé de tenter l’expérience et de diffuser des « protéidies », matin et soir. Depuis l’interdiction en 2001 de l’arsénite de sodium, un puissant pesticide, Alexandre Monmousseau, du Val de Loire, a vu ses pieds de vigne dépérir. « La sève ne peut plus passer à cause du champignon, précise-t-il, la maladie de l’esca, c’est l’obturation des vaisseaux […] le cholestérol, quoi! » À bout de solutions, le viticulteur se tourne en 2013 vers la société Genodics. Sur la parcelle traitée de son vignoble, 150 ceps sont morts en 2013 contre 850 en 2012. Quant à Christian de Koninck, maraîcher dans la région de Normandie, il a décidé de mettre ses laitues à l’épreuve. Avant l’implantation de ce système, le marchand récoltait 30 % de ses salades; maintenant, il en récolte 70 à 80 %. Il n’a jamais été si content de vendre sa salade. Les deux fervents n’ont pas l’intention de cesser les traitements. À la fin 2015, Genodics réalisait plus de 300 applications annuelles chez ses clients. Certains chantent haut et fort les bienfaits de cette musique; d’autres la perçoivent comme un insidieux ver d’oreille.

Notes de scepticisme

Nicolas Gauvrit, maître de conférences en mathématiques à l’Université d’Artois, déclare sa méfiance devant cette pseudoscience. Un audioreportage hébergé sur le site Scepticisme scientifique, on explique entre autres que, même si M. Sternheimer affiche un brevet obtenu en 2007, « ce papier ne constitue pas une preuve de validation scientifique ». À ce jour, cette discipline n’est pas encore reconnue par des organismes notables. À mesure qu’on scrute l’homme et sa science dans les archives du Web, on y découvre l’histoire d’un jeune ténébreux qui, autrefois, finançait ses recherches en chantant sous le pseudonyme Évariste; on y entend des compositions vaseuses aux allures quelque peu révolutionnaires. Certains internautes s’affichent perplexes devant l’absence de rigueur et le manque de données de ce drôle de personnage. Néanmoins, on constate que le « physimusicien » semble inoffensif. De plus, son entreprise dit rembourser intégralement sa clientèle si cette dernière n’obtient pas de résultats concluants.

Bien qu’il soit difficile pour le commun des mortels de comprendre les fondements de la « génodique », n’en demeure pas moins que les témoignages confondent l’entendement. Un jour, l’être humain pourra peut-être se jouer sa propre molécule antistress. D’ici là, il faudra encore patienter des années et les chercheurs devront s’assurer que la diffusion de « protéidies » pour légumes ne puisse rendre l’homme aussi bête qu’un concombre.

Bibliographie

GAUVRIT, Nicolas. « La génodique » Scepticisme scientifique, épisode 83, 26 juin 2013, Durée 34 min 50 s, [http://www.scepticisme-scientifique.com/episode-83-la-genodique/] (page consultée le 9 février 2016)

RABILLER, Pascal. « Vignobles : quand le dépérissement se heurte au mur du son », La Tribune, 1er février 2016, [http://objectifaquitaine.latribune.fr/agroalimentaire/2016-02-01/vignobles-quand-le-deperissement-se-heurte-au-mur-du-son.html] (page consultée le 9 février 2016)

MORRISSON, Jocelin. « Protéodies : la petite musique du vivant », Nexus, No 67, janvier-février 2010, [http://issuu.com/magazine_nexus/docs/b-prot__odies-nx67] (page consultée le 9 février 2016)

Forum Phyto, « Pour sourire jaune : faut-il jouer du pipeau aux plantes? », Forum Phyto, 12 février 2014, [http://www.forumphyto.fr/2014/02/12/pour-sourire-jaune-faut-il-jouer-du-pipeau-aux-plantes/] (page consultée le 9 février 2016)

Fédération de syndicats agricoles, « Des ondes bénéfiques aux cultures : la génodique », Direct légumes, No 10, 10 janvier 2014, [http://www.legumesdefrance.fr/sites/fnplegweb/publications/direct_legumes__l_hebdo_des_producteurs__/direct_legumes_n10_hd.pdf] (page consultée le 9 février 2016)

L’institut national de la recherche agronomique. [http://institut.inra.fr/] (page consultée le 5 février 2016)

Centre national de la recherche scientifique. [http://www.cnrs.fr/] (page consultée le 5 février 2016)

BARTHÉLÉMY, Simon, « Pesticides : l’arsénite de sodium, amiante de la vigne? », Rue 89 Bordeaux, 23 avril 2015, [http://rue89bordeaux.com/2015/04/pesticides-proces-arsenite-amiante-vigne/] (page consultée le 8 février 2016)

LEPAIS, Anne, « Salades composées ». France 3 : L’enquête au Centre, 26 février 2014, [http://france3-regions.francetvinfo.fr/centre/emissions/l-enquete-au-centre/actu/salades-composees.html-0] (page consultée le 8 février 2016)

Office européen des brevets [http://worldwide.espacenet.com/publicationDetails/originalDocument?FT=D&date=20070829&DB=EPODOC&locale=fr_EP&CC=EP&NR=0648275B1&KC=B1] (page consultée le 8 février 2016)

SCHEPMAN, Thibault. « Ces paysans français soignent leurs champs en musique », Terraeco, [http://www.terraeco.net/Ces-paysans-francais-soignent, 55302.html] (page consultée le 8 février 2016)

Télé-Québec. Papilles, [http://papilles.telequebec.tv/emissions/5/le-cafe-pas-seulement-au-petit-dejeuner] (page consultée le 3 février 2016).

Joël Sternheimer, « La génodique, comment ça marche? », Genodics, [http://www.genodics.com/la-genodique-comment-ca-marche] (page consultée le 5 février 2016).

CHARTIER, François. Papilles et Molécules. Les Éditions La Presse, Montréal, 2009, 215 p.

 

Vous avez aimé le texte? Partagez!

1 réflexion au sujet de “Molécules en musique

Laisser un commentaire