Une poubelle de traditions

Le vendredi 22 décembre, Vincent Maisonneuve, de La Vérif, rapporte ceci : « Une étude démontre que 39 % des Canadiens ne saisissent pas vraiment l’avantage de payer plus que le montant minimum sur leur carte de crédit. »

Pire, il ajoute : « Près de la moitié des Canadiens se sentent obligés de dépenser pendant les fêtes, même si ces personnes savent qu’elles n’en ont pas les moyens. »

Oui, c’est ce qui arrive quand on vit sous le seuil de la pauvreté et qu’on se sent épuisé de justifier sa valeur sociale. Avec le temps, une tradition s’installe dans la jarnigoine : la culpabilité d’être pauvre.

Une grosse farce plate sans dinde. Une tradition à jeter à la poubelle.

On offre des cochonneries ou on recycle ses biens?

La folle du logis raconte :

« La période d’échanges de cadeaux approchait. Mon copain devait se préparer pour son événement. Nous avions sorti un panier du placard et du papier cadeau… usagé. Mon toc trie soigneusement les papiers par couleur, ajoute-t-elle en riant. »

Comme de bons indigents, les deux comparses ont répertorié quelques produits du terroir, en solde bien sûr, qu’ils ont magnifiquement emballés.

« À son retour, il est revenu avec un tube de pâte dentifrice à la gomme balloune et une brosse à dents Scoubidou! »

L’effort de cacher sa situation précaire peut soudainement se transformer en revers de fortune.

Père Noël, ne m’apporte plus de bébelles

Ce n’est pas tout le monde qui peut se permettre de déroger à son budget. Un GROS 20 $, peut devenir précieux pour qui le strict nécessaire apporte la paix.

« Le cadeau le plus intéressant que j’ai reçu a été une carte cadeau de chez Pharmaprix, durement gagnée dans une pige de cadeaux où il était permis de se voler entre collègues, raconte la folle du logis.

Je suis revenue chez moi, les bras chargés de choses tranquilles : du papier hygiénique, du savon, des cachets pour la tête, des vitamines… la paix! »

Dans le besoin, les bébelles inutiles sont gossantes!

Mensonges à bas prix

Parfois, les amis décident de tous se réunir au restaurant. Le mensonge pieux est parfois de mise pour dissimuler sa présence.

À l’occasion, c’est le protocole à appliquer pour éviter d’avoir l’air pingre. On se tanne à répéter à ses proches qu’on n’a pas les moyens. D’une année à l’autre, les personnes ont leurs limites – autant celui qui offre que celui qui reçoit.

Vient un temps où on comprend que « rester à la maison » écarte toutes tentations, envies, justifications…

Vient un temps, ensuite, où un petit bonheur tout simple se révèle : on arrive à se sentir bien, enfoui dans son fauteuil avec son bouquin, son chien et son verre de vin (c’est Noël, quand même!).

Il y a de bons côtés à la simplicité qu’inspire la pauvreté.

Alors, qu’allez-vous offrir, ce soir?

Vous avez aimé le texte? Partagez!